Connect with us
Donovann LEBOUC

Published

on

DE QUOI ÇA PARLE ?

Sur un paquebot de luxe reliant l’Espagne au Brésil dans les années 1940, deux sœurs découvrent de troublants secrets de famille après une série de morts mystérieuses.

ÇA VAUT LE COUP D’OEIL ?

Tout commence lorsque deux soeurs issues de la haute société, Eva et Carolina Villanueva, incarnées par Ivana Baquero (Les Chroniques de ShannaraLe Labyrinthe de Pan) et Alejandra Onieva, acceptent, juste avant de monter à bord du paquebot de luxe Barbara de Braganza, de cacher dans leur malle une passagère clandestine qui s’est jetée sous les roues de leur voiture et affirme être en danger de mort. Mais lorsqu’au cours de la première nuit sur le paquebot, la jeune femme en question, prénommée Luisa, est jetée par dessus bord, les passagers et les membres d’équipage découvrent qu’un meurtrier figure parmi eux et pourrait bien frapper à nouveau. Au beau milieu de l’océan, où personne (ou presque) ne les entendra crier.

Les sériephiles les plus exigeants ne manqueront évidemment pas de remarquer qu’Alta Mar n’est pas ce qui se fait de mieux en matière de séries, loin de là – l’écriture et le jeu des comédiens laissant parfois à désirer. Mais ces huit premiers épisodes se laissent regarder sans déplaisir – grâce à un mélange des genres savamment dosé et à un galerie de personnages au physique avantageux – et proposent un divertissement grand public qui tient ses promesses jusqu’à la fin. Faisant ainsi de cette création signée Ramón Campos et Gema R. Neira une série parfaitement adaptée aux week-ends pluvieux (ou aux jours fériés).

Disponible depuis le 24 mai sur Netflix

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ENTERTAINMENT

Matrix : savez-vous d’où vient le code vert du film ?

Alors que le célèbre film des Wachowski fête ses 20 ans aujourd’hui, découvrez comment a été créé l’emblématique code vert qui défile sur les écrans de contrôle des personnages dans le film.

Donovann LEBOUC

Published

on

©Warner Bros.

Lorsqu’on pense à Matrix, véritable monument de la science-fiction réalisé par les Wachowski il y a aujourd’hui 20 ans, c’est cette pluie de mystérieux symboles verts qui vient en tout premier lieu inonder notre inconscient collectif, s’estompant peu à peu pour laisser place à d’incroyables combats de kung fu, à des bullet time et à des pilules bleues et rouges.

Mais d’où vient-il, ce code ? S’agit-il d’un langage complexe élaboré de toutes pièces pour les besoins du film ? D’une succession de caractères aléatoires générés par un programme informatique ? D’un alphabet imaginaire tout droit sorti de l’imagination des Wachowski ? Rien de tout ça !

En effet, ainsi que le révélait en octobre 2017 le designer Simon Whiteley (lors d’une interview pour le site cnet.com), ces lignes que l’on voit défiler sur notre écran lorsqu’on regarde la première scène de Matrix ne sont rien de plus que… des recettes de sushis ?!

©Warner Bros.

Après avoir refusé un premier design dont les caractères n’étaient pas assez traditionnels à leur goût, les Wachowski, qui souhaitaient obtenir un rendu « plus japonais, plus manga, »avaient alors fait appel à ce jeune artiste, ainsi qu’il le racontera plus tard en interview pour Wired. Époux d’une Japonaise, il était en effet susceptible d’obtenir des conseils auprès d’elle pour donner forme à ce nouvel alphabet.

Simon Whiteley est alors rentré chez lui et s’est mis à recopier manuellement les caractères qui ornaient les manuels de cuisine de son épouse. Après avoir fait défiler les lignes de code obtenues de gauche à droite, il a finalement décidé de pousser la logique jusqu’au bout et de les faire traverser l’écran de haut en bas, comme c’est traditionnellement le cas dans le format d’écriture japonais appelé tategaki.

« Le code de Matrix a été relativement simple à créer, » a-t-il déclaré, toujours pour Wired« Ce qui est étrange, c’est que parmi toutes les choses que j’ai conçues, celle-ci est restée la plus emblématique et la plus mémorable. »

Un procédé simple et efficace, donc, qui aura grandement participé à bâtir l’univers futuriste et révolutionnaire des Wachowski

Sources : www.cnet.com / Wired

Continue Reading

Tendance