Connect with us
Donovann LEBOUC

Published

on

Officiellement, les trottinettes en libre-service ne parlent pas.

Mais en Australie, un pirate en a décidé autrement, rapporte le site Gizmodo. Et le résultat est pour le moins étonnant. Plusieurs vidéos publiées par des internautes montrent que les trottinettes vertes de l’entreprise Lime se sont mises à proférer des propos obscènes en anglais.

Dans une séquence, on entend distinctement une voix se déclencher au moment où l’utilisateur emprunte la trottinette: “Si tu comptes chevaucher mon cul (sic), tire-moi les cheveux”.

Interrogé par le média local Brisbane Times, le responsable des affaires publiques de Lime pour l’État australien du Queensland a indiqué être au courant du piratage de certaines trottinettes. “Ce n’est pas intelligent, ce n’est pas drôle”, a regretté Nelson Savanh.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TECHNOLOGIE

Google le confirme, vos conversations avec Assistant sont bien écoutées

Google fait face à une controverse après qu’un média belge a révélé que des employés de la firme écoutaient des conversations entre les utilisateurs et son Google Assistant. Le but serait d’améliorer la compréhension des paroles par l’assistant personnel.

Donovann LEBOUC

Published

on

©Google

Il y a quelques mois, Amazon se retrouvait au cœur d’une polémique quand le grand public a découvert que les conversations entre l’assistant vocal Alexa et son utilisateur étaient écoutées par des employés de la firme.

[rml_read_more]

Aujourd’hui, c’est au tour de Google de se faire pincer pour les mêmes raisons. C’est le média belge VRT NWS qui a dévoilé l’affaire : des employés du géant du web écoutent les conversations que nous avons avec Google Assistant, même celles enregistrées par accident.

Des moments de vie transmis sans accord

Parmi les enregistrements récoltés par VRT NWS, il y aurait notamment des scènes d’une importante gravité enregistrées par accident. Par exemple, l’une des personnes écoutant les extraits a témoigné en disant qu’il avait entendu une femme qui semblait être en danger suite à ce qui s’apparentait, selon lui, à des violences physiques.

Bien que les extraits soient envoyés de manière anonyme sans informations sur la personne, les utilisateurs peuvent évoquer des informations personnelles dans les enregistrements audio comme leur adresse, leur nom, leur numéro de téléphone, etc.

Les enregistrements déclenchés par accident — suite à un faux positif par exemple — peuvent aussi transmettre ce genre d’informations que l’on ne voudrait pas voir tomber dans de mauvaises oreilles, ou tout simplement dans des esgourdes que l’on ne connait pas.

Une vidéo réalisée par VRT NWS résume leurs découvertes, la vidéo est en flamand, mais elle possède des sous-titres en anglais si vous voulez en savoir plus.

Continue Reading

Tendance